Oeuvre

Skip Navigation LinksPeinture > Oeuvre

Citadine

Ejemplo de texto, del 21 agosto. Les habitants des hauts plateaux craignent que le projet ne les prive de leurs ressources en eau. | Chile/Cecile Bouscayrol
  • “Citadine”
  • 2013
  • Acrylique sur toile
  • 150x95 cm
  • ©

Rembrandt, Rubens, Boticelli, Le Parmesan, les grands maîtres de la peinture occidentale inspirent Carlos Sablón qui enchevêtre les références de la Renaissance au XIXème siècle. Les formes sont gracieuses, les matières raffinées, les couleurs harmonieuses. Le tableau engendré est finalement unique, l'artiste a donné sa touche personnelle, madone au long cou de Parmesan mais aussi "citadine", coiffée d'un chapeau de paille noir (Rembrandt) orné de la tour de Babel, majestueuse et sophistiquée devant un paysage à l'italienne évoquant la conquête des Amériques (le navire amiral Santa María de Christophe Colomb).

La composition n'est pas nouvelle et pourtant ce n'est plus tout à fait ni Rembrandt, ni Le Parmesan. La citadine ne tient pas l'enfant Jésus dans ses bras, elle ne le regarde pas. Les résonances religieuses ou théologiques ont disparues. Les préoccupations sont celles de ce début du XXIème siècle. Le peintre déroule sous nos yeux une partie de la chronologie de l'histoire de l'art et par la transculturation de son inspiration est cohérent avec son époque. Cette étape marque l'évolution actuelle de la pensée des artistes plasticiens contemporains originaires d'Amérique Latine (descendants d'une multitude de sociétés) qui peu à peu abandonnent ou dévient les références occidentales de leur signification pour en recréer de nouvelles.

Cécile Bouscayrol

Postedby Carlos Sablón

Compartir artículo en :

Facebook Twitter DZone It! Digg It! StumbleUpon Technorati Del.icio.us NewsVine Reddit Blinklist Add diigo bookmark