Oeuvre

Skip Navigation LinksPeinture > Oeuvre

Femme au chapeau

Ejemplo de texto, del 21 agosto. Les habitants des hauts plateaux craignent que le projet ne les prive de leurs ressources en eau. | Chile/Cecile Bouscayrol
  • “Femme au chapeau”
  • 2012
  • Acrylique sur toile
  • 60x40 cm
  • ©

Ce portrait dans la tradition de l'académie par la pose de trois quart et la noblesse du sujet marque une rupture avec la ligne historique à laquelle se réfère Carlos Sablón. La femme en apparence aristocrate porte un ruban autour du cou comme les coquettes tandis que la robe de velours échancrée dans le dos a la couleur cramoisie des étoffes est de celles portent les reines (Joséphine de Beauharnais par exemple). L'exubérant chapeau dont elle est coiffée pourrait être à lui seul le véritable sujet du tableau, composée de motifs évanescents l'étoffe s'enroule au-dessus de la tête pour former un large ruban aux motifs végétaux puis se noue par devant. La touche de bleu que l'artiste a introduite libère une impression d'immensité, bleu saphir elle contraste avec la tonalité ocre rouge.

La modernité de ce portrait est donnée par le traitement du fond, tacheté, motif abstrait qui évoque inconsciemment la fourrure d'un félin. Peut-être rêvons-nous ? L'artiste projette le spectateur à la fois dans le passé et dans le présent. C'est sublime et fascinant. Les réminiscences culturelles sont également à évoquer puisque Carlos Sablón a grandi à Cuba où les femmes se parent de coiffes enrubannées et parfois chargées de fleurs ou de fruits. La coiffe n'est pas une simple parure, elle est aussi une forme de langage qui peut en dire long sur celle qui la porte, de sa situation amoureuse : chasteté, fiançailles, mariage, veuvage ou célibat.

La femme au chapeau est une succession d'interprétations, je dirais "musicales", le chant avant d'être parfait naît du travail préliminaire de vocalises, de l'écoute de l'harmonie, la force des nuances, et le respect du tout (tutti quanti"). La constance de la pensée créative guide le flux des préoccupations artistiques jusqu'à pouvoir enfin les transcrire en langage visuel. Cette intelligence rare et profonde extraite par l'introspection psychique, citons la métaphore "rompre l'os et sucer la substantifique moelle" de François Rabelais, engendre les chefs d'oeuvre de l'histoire de l'art.

Cécile Bouscayrol

Postedby Carlos Sablón

Compartir artículo en :

Facebook Twitter DZone It! Digg It! StumbleUpon Technorati Del.icio.us NewsVine Reddit Blinklist Add diigo bookmark