Article

Petite histoire de la presse à imprimer

Quand on dit gravure, on pense d'abord à l’œuvre. Mais qu'en est-il de la machine ? L'instrument derrière l'oeuvre n'est pas souvent évoquée, et pourtant sans lui la technique ne pourrait laisser libre cours à la création, qu'elle soit littéraire ou iconographique. Cette petite présentation de machines propose un bref panorama de l'évolution des presses à imprimer du XVIe au XXe siècle, incluant quelques améliorations technologiques.

Commençons tout d'abord par la machine manuelle du XVIe siècle. La presse naît de la nécessité de combiner deux processus : créer des textes et les multiplier. C'est la machine qui facilite la combinaison de deux mouvements : 'un, horizontal, applique sur le papier les lettres ordonnées préalablement enduites d'encre, et l'autre, vertical, se charge d'appliquer une pression suffisante sur le papier. L'opération peut être faite de la main d'un seul homme augmentant ainsi la productivité. Pour réaliser l'opération, il faut d'abord concevoir la machine. Les lettres en métal, dite formes typographiques, sont enduites d'une encre adaptée à l'impression, plus grasse afin d'éviter les taches. L'espace disponible sur la page est organisé selon le format désiré et les limites de taille de la machine. Le mécanisme de déroulement horizontal introduit petit à petit les formes typographiques sur le papier.

© Torcule 1789
Prensas - Linografia - Litografia - Calcografia

La presse chalcographique*, aussi appelée « torcule », marque une nouvelle phase dans l'évolution technique. Elle est pensée pour graver en creux des planches en métal. Elle sert à la fois pour l'impression des textes et des illustrations. La chalcographie (qui signifie en grec « écriture sur cuivre ») permet de préciser les détails, ce qui en fait en conséquence une technique adaptée à l'impression de cartes géographiques. Associée à la presse typographique, elle seconde l'édition des livres pour l'impression des gravures notamment au XVIIe siècle (en France, dès Napoléon Ier, en raison de son financement fort coûteux et peu rentable la commande publique de gravure sur cuivre est limitée à la propagande impériale). Les évolutions techniques des presses à imprimer furent minimes par la suite ne concernant que les rectifications à partir de la structure existante.

© Prensa de imprimir KRAUSE 1860
Prensas - Linografia - Litografia - Calcografia
© Prensa litografica typo Brisset 1865
Prensas - Linografia - Litografia - Calcografia

C'est avec Lord Charles Sanhope (1853-1916) que la presse typographique connaît l'ultime révolution en 1795. Elle synthétise en effet les améliorations précédentes, alliant la forme cruciforme avec une taille plus imposante, et surtout entièrement en métal. L'avantage principal n'est pas seulement la solidité du matériel et la pression équilibrée sur le papier, mais surtout la rapidité d'exécution, en un seul coup. La machine Krause joue également de la vitesse d'impression grâce à un système de retournement de la platine.

© Prensa litografica tipo Uytterelsy 1870
Prensas - Linografia - Litografia - Calcografia Prensas - Linografia - Litografia - Calcografia
© Minerva typo Boston Golding official 1883
Prensas - Linografia - Litografia - Calcografia

En 1885, la linotype inventée par Ottmar Mergenthaler (1854-1899) révolutionne le monde de l'impression. Par sa conception elle exclut toute impression d'images : les caractères typographiques étaient sélectionnés et organisés en fonction du texte, puis stockés dans un moule pour former la matrice. Une fois utilisée pour l'impression, les caractères typographiques sont séparés pour être redistribués en réserve et former une nouvelle matrice. C'est à l'étape de la composition du texte que se trouve l'avancée. Cette mécanisation des matrices couplée à celle de l'impression augmente encore la reproduction à grande échelle. Elle reste néanmoins restreinte à une production écrite. Le presse est la grande bénéficiaire de cette invention : désormais la reproduction écrite à grande échelle donne lieu à la publication de journaux de plus de huit pages. Ces différentes machines coexistent tout au long du XIXe siècle, avec les minerves et les presses lithographiques comme celle de Brisset.

© Prensa de imprimir plano-cilíndrica planeta fixia rapid 1913
Prensas - Linografia - Litografia - CalcografiaPrensas - Linografia - Litografia - Calcografia

Un nouveau format apparaît à la fin du XIXe siècle : c'est la presse plano-cylindrique. Également connue sous le nom de presse de Koening, elle répond au besoin de mécaniser l'ensemble du processus d'impression, de l'encrage à l'impression. Elle reprend le modèle classique d'une presse typographique en optimisant la qualité de la pression. Le cylindre fixé à l'horizontal applique une pression égale en va-et-vient tandis que la feuille et la forme, guidées par les courroies, passent sous le cylindre. L'efficacité et le succès de la presse plano-cylindrique perdure jusqu'au XXe siècle. À tel point qu'une course aux perfectionnements s'ensuit, voyez par exemple les presses plano-cylindriques de 1913, 1950 et la presse plano-cylindrique automatique de 1958. De nombreux fabricants proposent des variations de cette presse, même au-delà de l'invention de la rotative en 1847, attribuée à l'américain Richard M. Hoe.

La reproduction à grande échelle fait entrer la presse à imprimer dans l'histoire comme une machine : produire à un nombre toujours plus élevé, toujours plus rapide. Voilà que se développent deux branches parallèles de la machine : presse à imprimer pour l’œuvre, imprimante pour le produit. Cette scission révèle la distinction entre une œuvre d'art d'une production. Faut-il pour autant considérer qu’utiliser l'imprimante exclut toute forme d'art ? C’est un débat qui reste d’actualité et que nous aborderons peut-être prochainement.

M.A. Romieux
*Une presse chalcographique, xylographique ou similaire pour estampes artistiques notamment des eaux-fortes ou similaires, comporte une base 2 qui supporte une paire de rouleaux 5 11 parallèles entre lesquels une plaque 4 coulissante est introduite horizontalement. Ces rouleaux tournent autour d'axes horizontaux dont les extrémités sont percées et traversées par des tiges verticales 14 filetées retenues supérieurement et inférieurement par des moyens de blocage 15 pouvant mettre en tension le rouleau supérieur 11 par rapport au rouleau inférieur 5 à l'encontre de moyens élastiques. De plus, l'un au moins desdits rouleaux, préférablement le rouleau inférieur 5, est relié à la roue dentée 8 coopérant avec une roue dentée 9 correspondante placée sur un axe parallèle audit rouleau, et actionnée par une manivelle 10 ou similaire.

© Minerva de Pedal 1940
Prensas - Linografia - Litografia - Calcografia
© Linotipia intertype C4 1947
Prensas - Linografia - Litografia - Calcografia
Postedby

Compartir artículo en :

Facebook Twitter DZone It! Digg It! StumbleUpon Technorati Del.icio.us NewsVine Reddit Blinklist Add diigo bookmark

Estampe / Gravure

The forest of flight - « L'arbre de vie constitué d'hommes s'élève jusqu'aux racines du ciel dans une danse joyeuse sur fond de nuit obscure : énigme des communautés et de l'individualité dans la grande course de la terre. » écrit son éditeur, la Galerie de l’improbable, à propos de ses Envols indigo.

The forest of flight

« L'arbre de vie constitué d'hommes s'élève jusqu'aux racines du ciel dans une danse joyeuse sur fon...

The ammonite and its inhabitants - L’ammonite ressemble à une roue qui tourne, abreuvée par des ruisseaux imaginaires, irriguant à son tour les ramifications d’où naissent des visages fantasques. L’artiste accomplit son destin, s’oubliant lui-même en ces instants de travail. La transcription des idées en images le guérit du mutisme qui les retenait. Libre ensuite aux spectateur de comprendre ce qui est dit avec discrétion.

The ammonite and its inhabitants

L’ammonite ressemble à une roue qui tourne, abreuvée par des ruisseaux imaginaires, irriguant à son ...

Génie et figure - Le rêve du Migrant qui vit avec la nostalgie de revenir sur sa terre même après sa mort. Pour réunir le corps avec l'autre partie : l'Esprit qui a toujours vécu avec le souvenir de la Terre qui le vit naître.

Génie et figure

Le rêve du Migrant qui vit avec la nostalgie de revenir sur sa terre même après sa mort. Pour réunir...

Maicido - Le Grand négoce qu'est devenue l'alimentation des villages et dont se sont appropriés les grandes compagnies, modifiant génétiquement les semences pour asservir le monde le rendre malade afin de faire du profit avec les maladies générées par le même système économique et politique et, ainsi, avoir le contrôle de la croissance démographique mondiale.

Maicido

Le Grand négoce qu'est devenue l'alimentation des villages et dont se sont appropriés les grandes co...

Migration - Sautant les murs à la recherche de leurs rêves volés par les pays puissants qui exploitent les plus faibles avec la complicité des dirigeants corrompus qu'eux-mêmes imposent. Le Peuple dans le besoin fuit la répression et la pauvreté économique imposée par le système.

Migration

Sautant les murs à la recherche de leurs rêves volés par les pays puissants qui exploitent les plus ...

Wake up America - Le Rêve de Liberté ne pourra jamais mourir. Parce que la Liberté est l'essence de l'Etre Humain. Pour elle ont lutté de grandes Consciences comme Gandhi (1869-1948), Martin Luther King (1929-1968), ou Emiliano Zapata (1879-1919). Ils restent présents dans l'Esprit des Etres qui perpétuent leurs rêves risquant la Vie jusqu'à rompre les chaînes de l'oppression que le système mondial impose.

Wake up America

Le Rêve de Liberté ne pourra jamais mourir. Parce que la Liberté est l'essence de l'Etre Humain. Pou...

Tourment - Fuir de ta Terre laissant ceux que tu aimes. Ta Famille, ton Peuple, ta Culture ; cela sera toujours une tourmente avec des plaies que l'on portera tout le long du chemin au cours de l'existence. Une douleur que l'Etre Humain apprendra à concilier en caressant des souvenirs jusqu'à la fin.

Tourment

Fuir de ta Terre laissant ceux que tu aimes. Ta Famille, ton Peuple, ta Culture ; cela sera toujours...

Portrait

Lukas Kandl

Enfant, j’aimais dessiner, comme presque tous les enfants, mais surtout j’adorais regarder les livres illustrés, pour enfants mais aussi pour adultes, avec des reproductions de tableaux qui provenaient du monde entier. Et, pour tout vous dire, j’avais une préférence pour les nus de femmes réalisés par les plus grands artistes comme Rembrandt, Botticelli, Goya, Cranach ou encore Ingres. Ils m’enchantaient déjà petit ! Decouvre

Lorenzo Moya

Lorenzo peint à la peinture acrylique et à l’huile, il préfère les Winston et Talens... Il travaille le matin. L’artiste aborde la création avec beaucoup d’anxiété afin en quelque sorte de capturer... la couleur, l’atmosphère, et quand le moment et les conditions sont propices... la lumière et le vent. Son travail est proche des films à plans ouverts et infinis, avec des lieux désertiques... lointains... Lorenzo s’est inspiré techniquement de “Lucien Freud, sa grande dévouement à chaque oeuvre, surtout les portraits...” Il a des affinités avec “Océan mer” d’Alessandro Baricco et il aime “Ophélie” la peinture de J.W. Waterhouse. Decouvre

Exposition

Triennale de Chamalières - Exposition d'estampes chiliennes - Pour la seconde fois, la gravure du Chili est présentée lors de la Triennale de l’Estampe et de la Gravure Originale de Chamalières, en France. En 2010, quinze graveurs de la région de Valparaiso avaient exposé trente gravures. Cette année, une Exposition importante de quarante sept oeuvres de six artistes ayant proposé des séries et neuf artistes des gravures uniques, artistes indépendants ou membres des ateliers nationaux, représente la création contemporaine du Chili.

Triennale de Chamalières - Exposition d'estampes chiliennes

Pour la seconde fois, la gravure du Chili est présentée lors de la Triennale de l’Estampe et de la G...

Sélectionné entre 480 candidats par la Biennale Internationale de Liège - Sept gravures de Marco Antonio Sepulveda ont été soumises à la sélection du jury de la 9ème Biennale Internationale de la Gravure Contemporaine de Liège, en Belgique. Le travail de cet artiste enseignant reconnu a été sélectionné parmi 480 candidatures.

Sélectionné entre 480 candidats par la Biennale Internationale de Liège

Sept gravures de Marco Antonio Sepulveda ont été soumises à la sélection du jury de la 9ème Biennale...

Decouvrir

La pointe seche - Tout d'abord il est utile de rappeler que la pratique de la gravure est identique aux autres arts plastiques en ce qu'elle respecte deux aspects constitutifs de base : l'aspect artisanal et l'aspect créatif. La part artisanal n'implique pas que la gravure soit un artisanat de plus bien qu'il puisse être appelé à le devenir lorsque la part créative se limite à répéter à l'infini le même patron ou dessin utilisant toujours les mêmes techniques, ce qui constitue la caractéristique principale des artisanats quels qu'ils soient.

La pointe seche

L'aspect artisanal et l'aspect créatif

Tout d'abord il est utile de rappeler que la pratique de la gravure est identique aux autres arts plastiques en ce qu'elle respecte deux aspects constitutifs de base : l'aspect artisanal et l'aspect créatif. La part artisanal n'implique pas que la gravure soit un artisanat de plus bien qu'il puisse être appelé à le devenir lorsque la part créative se limite à répéter à l'infini le même patron ou dessin utilisant toujours les mêmes techniques, ce qui constitue la caractéristique principale des artisanats quels qu'ils soient. Lire

Víctor Femenías von Willigmann | 09, November
Petite histoire de la presse à imprimer - Quand on dit gravure, on pense d'abord à l’œuvre. Mais qu'en est-il de la machine ? L'instrument derrière l'oeuvre n'est pas souvent évoquée, et pourtant sans lui la technique ne pourrait laisser libre cours à la création, qu'elle soit littéraire ou iconographique. Cette petite présentation de machines propose un bref panorama de l'évolution des presses à imprimer du XVIe au XXe siècle, incluant quelques améliorations technologiques.

Petite histoire de la presse à imprimer

Quelques avancées de la technologie

Quand on dit gravure, on pense d'abord à l’œuvre. Mais qu'en est-il de la machine ? L'instrument derrière l'oeuvre n'est pas souvent évoquée, et pourtant sans lui la technique ne pourrait laisser libre cours à la création, qu'elle soit littéraire ou iconographique. Cette petite présentation de machines propose un bref panorama de l'évolution des presses à imprimer du XVIe au XXe siècle, incluant quelques améliorations technologiques. Lire

M.A. Romieux | 03, November

Sculpture / Installations

Nous sommes un

Leurs puissantes mains les unissent et les enlacent en un lien indissoluble comme la pierre. C'est l...

Repos mérité

En la sculptant, Laila Havilio donne à cette pierre volcanique brisée et accidentée une seconde vie....

Debout

Les dieux auraient-ils joué une farce à l'artiste qui, en sculptant, créa la tête Debout, « oeuf » m...